alt:"reconstruction familiale, étape de reconstruction familiale, comment se reconstruire après une rupture."

Comment se reconstruire après une rupture ?


alt:"comment se différencier de la concurrence? désamorcer les conflits."

Comment se différencier de la concurrence ? 

Lors de ma formation en coaching, on me l’a souvent posé cette question : Comment se différencier de la concurrence ?

On m'a demandé de trouver ma particularité face à une concurrence dans ce domaine.
J’ai entrepris une formation en SEO et là encore, on me demande de chercher à me différencier. Il faut se démarquer et plaire aux algorithmes de Google. Il faut même aller étudier le site de nos concurrents pour trouver à se différencier. Je ne fais pas le métier de coach pour ça et pourtant il faut se vendre. C’est énergivore.  (D'ailleurs je félicite celles et ceux qui ont créé leur site internet. C’est un véritable challenge à relever.)

Plutôt que de parler de différence, je préfère me demander ce que je peux apporter. En France, c’est prétentieux de penser que l'on peut apporter aux autres. Il y a cependant quelque chose à laquelle je crois profondément et que je peux partager. Si les personnes y adhérent tant mieux, et si elles n’y adhèrent pas et bien tant mieux également. C'est que ça ne leurs étaient pas destinées.

J’ai une phrase que mon chéri m’a dit un jour : « Toi, tu sais ce que tu veux ». Il a rectifié sa phrase en me disant : « Non, tu sais plutôt ce que tu ne veux pas ». Depuis cette phrase résonne en moi dans beaucoup de domaines. Il a raison. À quarante ans passés, je sais ce que je ne veux pas.

Finalement je ne veux pas le conflit, je n’aime pas le conflit.
Cela est peut-être dû à mon enfance. J’étais jeune quand mes parents se sont séparés et j'ai quelques souvenirs de disputes.
Je sais que je ne suis pas à l’aise avec le conflit, que ce soit avec mes enfants, en couple, en famille ou avec mes amis. Il y a certaines personnes qui se complaisent dedans. Chacun réagit différemment.

Les situations de conflit sont néfastes pour la santé. Cela génère du stress et de l’anxiété. C’est pour ça que je me suis lancée dans le coaching. C’est pour accompagner à désamorcer les conflits, accompagner les personnes à prendre du recul et dénouer les nœuds au cerveau qu'elles se sont fait elles-mêmes.
Avec du recul et de la neutralité sur la situation, il est plus facile de faire une analyse.
Ces situations de conflits peuvent rendre la vie compliquée.
Pour désamorcer les conflits cela demande un gros travail de lâcher prise. Notre ego peut aussi parfois en prendre un coup. Pour autant, c’est le chemin à prendre pour gagner en légèreté, en sérénité.

La première et la plus importante des choses est la communication entre individus. C’est LA première étape et ce à quoi je crois profondément, ma profonde conviction. Beaucoup de personnes rencontrées en coaching sont persuadées de savoir communiquer (testez votre habileté dans la communication plus bas). Elles ne comprennent pas pourquoi elles en sont arrivées là.
J’entends dire parfois que la situation parait tellement évidente, qu’il n’est pas nécessaire de dire les choses. Que l’autre personne a certainement compris.
Pourtant la parole est salvatrice. Exprimer vos émotions vous libère et permet d’atténuer les tensions. Peu importe ce que vous avez enduré dans la vie, peu importe ce que vous avez entendu.

Je suis coach familial et coach en familles recomposées. (C’est d’ailleurs sûrement ça ma différence 😊). Au sein d’un foyer, il y a beaucoup de facteurs à gérer, des préjugés et de fausses croyances. Le conflit peut s’installer rapidement. C'est d'autant plus lourd à gérer quand on partage sa vie avec les personnes qui sont concernées par le conflit. Il faut arriver à le désamorcer rapidement. Les remords nous rongent, la rancune nous tue à petit feu et la colère nous anéantit.

Vous pensez être dans une situation conflictuelle et durable avec votre entourage ? Vous ne voyez pas d’issue ? Nous pouvons en parler ensemble et mettre en place une séance.
J’utilise des outils différents et adaptés à chacun qui pourront vous aider à avancer sur le chemin de la sérénité et de l’apaisement. Vous ne risquez rien, juste peut-être de repartir un peu plus léger. Vous aurez l’impression de vous délester de quelques kilos de charges émotionnelles polluantes.

Vous voulez tester votre habileté à communiquer ? Cela vous intrigue ? 
Alors je vais ajouter ma contribution à ce post qui me différenciera peut-être de la concurrence 😊. 
En m'envoyant un mail avec votre prénom, je vous retournerai un questionnaire (gratuit et sans engagement). Cela vous dressera un rapide bilan de ce que vous avez à améliorer dans votre communication et vos points forts. Si cela peut vous apporter quelques réponses, j'en serai ravie. 

alt:"leçon de vie grâce aux animaux, comprendre la vie à travers les réactions de notre animal."

  Comment prendre une leçon de vie grâce à son chat 😊 ? 

 J’ai observé mon chat pendant de longues minutes. Il me fait rire car si je devais l’analyser, je dirai qu’il est franchement nul pour la chasse. (>>constat trop rapide)
Je l’observe quand il est à l’arrêt et qu’il guette les oiseaux : aucune chance il n’est pas assez délicat. Je l’observe face aux papillons ou autres insectes volants : aucune chance, il n'est pas assez rapide. Au printemps, il y en a des petites vies derrière qui courir et tenter de s’en mettre sous la dent.

Un jour, j’ai vu un rossignol raide mort sur la terrasse. J’ai regardé mon chat et je l’ai félicité. (>> constat trop rapide ^^ )
A y regarder de plus près, aucunes traces de crocs. J’avais en revanche une belle trace sur ma baie vitrée. Le pauvre volatile s’était cogné violemment et n’a pas survécu. Rien à voir avec les exploits de mon chat.
 
Cette après-midi-là, je vois mon chat en haut du muret (voir photo). Il guettait une nouvelle proie. Il avait entendu les frémissements d'un lézard entre les feuilles. Ce lézard s’est engouffré dans un trou. Mon chat était au-dessus de lui à attendre qu’ils sortent.
C’est là que je me suis dit que finalement il n’était pas si nul mon chat !
Plusieurs mots me sont venus à l’esprit (>> analyse avec du recul) : 

  • La patience ! il en faut pour guetter sa proie pendant de très longues minutes. 

 

  • La persévérance ! il ne lâchera rien pour arriver à ses fins. 

 

  • Un objectif ! Peut-être goûter la première fois autre chose que ses croquettes 😊

 

  • Regarder devant ! Ne pas se fier à ses précédents échecs ! Ce n’est pas parce qu’il n’a jamais réussi qu’il ne réussira jamais.


  • Croire en soi ! Ils ne doutent pas de ses capacités.


  • La dextérité ! Avancer sans bruits, avancer petit à petit. 

 

  • L’analyse ! il ne choisit pas par hasard où il attend sa proie et il rectifie sa posture au besoin. 

 
Finalement est-ce qu’on doit analyser au résultat obtenu ? Ne peut-on pas analyser tout ce qu’il a entrepris et comment il s’y est pris ? Bien sûr, je n’humanise pas mon chat.
 
Ce qui est intéressant ici, c’est d’en faire l’analogie avec votre propre expérience
A chaque fois que vous entreprenez quelque chose : 
 

  1. Regardez-vous seulement le résultat pour définir si vous étiez bon ou non ? 
  2. Arrivez-vous à évaluer et décomposer toutes les étapes d’un projet pour vous dire ce qui allait ou non ? 
  3. Arrivez-vous à savoir pourquoi vous avez réussi ? 
  4. Arrivez-vous à mesurer vos points forts même en cas d’échec ? 
  5. Sauriez-vous lister les axes d’amélioration pour la prochaine fois ?


Il y a toujours du bon à tirer d’une expérience. Si vous n’arrivez pas à vous le dire, si vous avez l’impression que les échecs se répètent, nous pouvons faire le point ensemble.
Avec un outil comme la PNL que j'utilise en coaching, vous comprendrez peu à peu comment atteindre vos objectifs. Vous prendrez conscience de vos points forts et de vos réussites. Vous serez à même d'analyser avec du recul votre parcours pour en tirer le meilleur et vous fixez des axes d'amélioration.
 
Quant à mon chat, je vous laisse imaginer le résultat de sa quête… Lézard or not Lézard ?

(Piste de réflexion JE développement, le 17.05) 

Quels sont les dangers du stress ?

Le mot stress au premier abord a une connotation plutôt négative. Ce mot français est un emprunt du même mot anglais « destresse » qui signifie détresse. 

Nous avons tous vécu une situation dans laquelle nous étions stressés. Cela se traduit fréquemment par des coups de chaud, de légers frissons, la gorge sèche. Nous pouvons suer, avoir les mains moites, et éventuellement avoir des problèmes d’élocution. Ces manifestations physiques ne présentent pas de danger et ne semblent pas nocives. 


Pourquoi ressentons-nous ce stress ? 


C’est une alerte lancée par notre cerveau pour dire que nous ne sentons pas à l’aise face à une situation. Cette situation peut être nouvelle ou installée depuis quelques temps. Suivant différents sondages, le stress vient principalement de la vie professionnelle pour 36%, de problèmes financiers pour 35%, de la vie personnelle pour 31% et de problèmes de santé pour 31%.
Notre corps nous protège face à ces tracas. Cela ne veut pas dire pour autant que nous sommes incapable de surmonter ces problèmes et retrouver de la sérénité.

Pour un stress ponctuel, prenons l'exemple d’un artiste avant de monter sur scène. Cela ne l’empêche pas de réaliser un très bon spectacle et même éventuellement de performer. Nous avons tous passé des examens et tous stressé quelques temps auparavant.

Dans ce cadre-là, nous parlons d’un stress dit "aiguë". Il intervient sur une courte période et n’est pas nocif pour notre santé.

Voyons maintenant les personnes qui réagissent mal au stress. Devant une tâche donnée ou des problèmes récurrents, la personne va être comme paralysée. Elle ne va pas réussir à avancer. Soudain les objectifs à atteindre paraissent être une montagne infranchissable et inatteignable. Au lieu d’être sur une période courte, ce stress dit «chronique » va devenir de plus en plus fréquent. Il va engendrer des problèmes physiologiques plus importants. Cela peut être une prise ou perte de poids, le repli sur soi, une irritabilité, des difficultés de concentration, un manque de sommeil. Tous ces symptômes ne sont pas bons pour la santé et ne contribuent pas à un bon équilibre de vie. Bien souvent ces personnes ne vont rien dire et ce stress va s’accentuer de plus en plus. 

Pendant cette période, la personne manque de recul sur la situation. Elle se retrouve envahit et n’arrive plus à gérer ces réactions face à ses trop fortes émotions. Elle va avoir l'impression de tourner en rond. Les raisons du stress sont multiples : la peur de l’échec, la peur de décevoir, le perfectionnisme, de mauvaises croyances installées. Il y a toujours une raison sous-jacente à ce stress et il faut la trouver pour travailler dessus.

C'est à ce moment-là que la prise de recul est nécessaire. Ce recul est très difficile à faire seul. Il est important que la personne parle à une tierce personne et que surtout elle ne s’isole pas. 

L’alternative du coaching est une des solutions. Le coach aidera à trouver les causes de ce stress et donner des astuces pour calmer ce stress et l'apprivoiser.

Dans une démarche de bienveillance, d’empathie et de non jugement le coaché obtiendra de bons résultats et avancera. Il pourra démêler peu à peu les nœuds d’anxiété qu'il s'est crée.
Si vous souhaitez me faire part de vos problématiques de stress, nous pouvons en discuter ensemble. 

(Piste de réflexion JE développement, le 07.04)

alt:"Je suis stressé en permanence, je suis tout le temps stressé, pourquoi je tremble quand je suis stressé".

Pistes de réflexion

2023

Quelles sont vos valeurs humaines?

(Piste de réflexion JE développement, le 02.01) 

Created with Sketch.
alt:"valeurs humaines, définitions valeurs, mes valeurs humaines."

« Les valeurs sont les convictions que nous considérons comme particulièrement importantes pour nous, celles qui constituent nos repères essentiels, qui nous servent pour effectuer nos choix les plus cruciaux et qui orientent donc pour une large part nos actions et notre comportement. »

Vous vous êtes peut être déjà trouvés dans une situation où vous vous êtes sentis perdu car finalement les choix que vous aviez fait ne vous correspondaient pas. C’est parce qu’au final vos choix ont été influencés par votre éducation, par votre entourage, famille, amis, collègues et vous ne vous êtes pas posés la question de vos valeurs intrinsèques.

Pour comprendre cette influence, l’exemple le plus flagrant arrive à la fin de nos études. Nous sommes poussés par nos parents à trouver un travail. Pour eux la valeur « travail » est primordiale. Est-ce que finalement à 20 ans nous avons les mêmes valeurs qu’eux ? Sans critique aucune, je suis également maman et je ferai certainement la même chose. Ceci pour vous montrer que l’influence, qu’elle soit justifiée ou non, est partout et à tout moment. 

C’est en se connaissant que nous pouvons assumer nos choix et avoir un équilibre et épanouissement dans la vie. Lors des séances que je propose, je travaille toujours sur les valeurs des coachés. A la question: quelles sont vos valeurs ? Les exemples de valeurs humaines qui ressortent souvent sont la famille, le couple, l’amitié, le travail, la santé. Ces termes sont génériques et bien qu’ils soient importants, ils peuvent être affinés car il faut savoir qu’il y a un listing de plus de 100 valeurs. Connaitre ses valeurs est déjà un bon début et avec plusieurs séances et exercices vous saurez les prioriser pour faire les choix qui vous conviennent et qui vous correspondent. 
Alors prêt à les découvrir ? 

Comment communiquer efficacement ?

(Piste de réflexion JE développement, le 13.01)

Created with Sketch.
alt:"mieux communiquer, apprendre à communiquer, problèmes de communication avec les autres, savoir communiquer efficacement"

C’est surprenant de lire dans les articles traitant de la communication que finalement 7% de notre communication passe par le verbale, 38% par le para-verbale et 55% par le non-verbal. Ces chiffres peuvent être controversés car cela dépend toujours de la façon dont sont menés les tests qui permettent ses résultats. Néanmoins, il est essentiel de comprendre que notre communication passe par 3 facteurs différents :

-          Les mots que nous prononçons : c’est le verbal

-          La façon dont nous les disons : c’est le para-verbal (intonation de voix, ponctuation, respiration).

-          Notre gestuelle : c’est le non- verbal (haussements de sourcils, sourires pincés, soufflements).

Imaginez que l’un de vos enfants vous dit : « oui, j’ai fait tous mes devoirs et j’ai rangé ma chambre ». Si le message est accompagné de longs soupirs, avec des airs d’agacements et une ponctuation assez rigide, vous allez entendre en arrière-plan « tu m’agaces, laisse-moi tranquille » pourtant il ne vous a pas dit ces mots là. (situation vécue d’ailleurs)

Si votre chéri(e) vous dit sèchement «  Je t’aime » entre deux cuillères à soupe (situation non vécue ^^), le message ne sera pas perçu de la même façon qu’un « Je t’aime » langoureux en vous regardant dans les yeux. Pourtant ce sont les mêmes mots. 
Vous comprendrez alors l’importance dans votre communication du para-verbal et non-verbal. 

De ce fait, les amalgames et interprétations sont nombreux, alors avant de penser que l’autre n’a pas compris, posez-vous 3 questions :


  •         Est-ce que je me suis bien exprimé(e) ?
  •         Est-ce que la personne est bien enclin à recevoir mon message, est-ce le bon moment ?
  •          Qu’est-ce qu’elle a compris exactement?


Partez toujours du principe que la personne comprend ce qu’elle a entendu et que si elle a mal compris c’est peut être que vous devez revenir sur l’une des 3 précédentes questions.

La communication est essentielle pour de bonnes relations avec son entourage. Si elle vous fait défaut, nous pouvons la travailler ensemble. Que ce soit dans vos relations amicales, intimes et professionnelles, il est important de la maîtriser. Si vous souhaitez me poser des questions plus précises, n’hésitez pas.

Comment gérer mes émotions ?

(Piste de réflexion JE développement, le 17.02)

Created with Sketch.
alt:"Comment gérer ses émotions, comment gérer son stress et ses émotions, mes émotions m'envahissent."

Que ce soit la tristesse, la colère, la joie, la peur, ces émotions dites primaires sont les plus faciles à décrypter. Dans notre enfance, ce sont nos parents qui décryptent nos réactions et qui traduisent nos émotions : « tu cries, tu es en colère », «  tu pleures, tu es triste », « tu ries, tu es content. » C’est comme cela que nous grandissons. 

Les émotions ne peuvent pas s’anticiper puisqu’elles sont liées généralement à un moment de vie qu’on ne peut pas prévoir : la surprise quand la sonnette retentit, la colère ou la joie à l’annonce d’une nouvelle. C’est finalement nos réactions que nous pouvons gérer et pas nos émotions. Nous pouvons gérer nos pleurs, nos cris mais pas notre colère ou notre gaieté. 

Il y a des nuances aux émotions que nous vivons. Il est important d’arriver à mettre des mots sur ce que nous ressentons comme : l’agacement, la contrariété, la méfiance, l’émerveillement, l’impatience. Notre langue française est riche et variée. Il y a des centaines de mots qui définissent nos émotions. Apporter des nuances vous permettra de relativiser de mauvais passages : « c’est de l’agacement que je ressens et non de la colère ». Cela vous permet d’exulter en cas de réussite parce qu’être fière n’est pas la même chose que d’être flatté, content ou satisfait. Cela peut aussi vous aider à mieux communiquer avec les autres en utilisant les bons mots. (consultez la piste de réflexion "savoir communiquer efficacement") 

Il est vivement conseillé d’accueillir vos émotions, ne pas les refréner ou les occulter. Cela peut causer des difficultés comportementales, des expressions psychosomatiques ou une explosion émotionnelle trop forte et souvent à retardement. Néanmoins pour certaines personnes, il est difficile de trouver les bons mots, de comprendre ce qui se passe à l’intérieur d’eux. Cela influe sur leur comportement et leur quotidien. C’est bien souvent l’entourage qui en fait les frais. 

Voici 3 étapes que vous pouvez mettre en place pour comprendre vos émotions : 

·         Soyez à l’affut de vos réactions : comment réagit votre corps ? des frissons, des bouffées de chaleur, des fourmillements, l’impression d’être rouge, des palpitations, mains moites ? Vous connaitre pourra vous servir pour anticiper plus tard ces mêmes réactions. 

·         Ne réagissez pas tout de suite : la surprise de l’émotion vous fait adopter un comportement ou réflexions inappropriées. Prenez quelques secondes pour analyser la situation. C’est le plus dur à faire. 

·         Restez tout de même vous-même. Vous avez le droit de ressentir des choses et personne ne peut vous le reprocher. Pleurez de vos défaites et profitez de vos victoires ! 

Nos émotions sont si complexes à décrypter que parfois il est nécessaire de prendre du recul afin de mieux vous connaitre. Avec des outils spécifiques lors des séances, je peux vous accompagner à mieux vous comprendre. Vous serez à même de gérer vos prochaines réactions et d’assumer pleinement vos émotions. 


Journée internationale des Starts up, coaching entrepreneur 

(Piste de réflexion JE développement, le 10.03)

Created with Sketch.
alt:"coaching entrepreneur, je suis face à mes problèmes d'entrepreneur, je suis entrepreneur et je n'y arrive pas."

Vous êtes entrepreneur(e) et vous avez réussi à franchir plusieurs étapes pour en arriver là : Bravo ! 

-          Vous vous êtes posé beaucoup de questions. 

-          Vous êtes passé par des périodes de stress et de doutes. 

-          Vous avez mesuré les + et les – de cette nouvelle aventure. 

-          Vous avez calculé, beaucoup calculé. 

-          Vous avez mis de côté les avis négatifs. 

-          Vous avez mis aussi de côté vos propres doutes, vos freins et croyances. 

Vous vous êtes en quelque sorte auto-coaché et vous êtes parvenu à atteindre votre objectif ! Le plus important est que vous avez cru en vous, en votre projet et que vous vous êtes fait confiance. 

La phase que vous avez traversé ou que vous traversez actuellement est grisante. Il y a des hauts et des bas mais c’est votre bébé et il est né. Dans l’entreprenariat c’est la phase du lancement de projet. Vous êtes toujours dans une dynamique et votre énergie est décuplée. Vous vous consacrez entièrement à ce nouveau projet. Faites attention de rester en veille sur vos objectifs et ne vous éparpillez pas dans tous les sens. En effet, en tant que nouvel entrepreneur les tâches que vous avez à réaliser sont nombreuses. 

Après cette phase de lancement, vous connaitrez peut être une phase de ralentissement. C’est à dire qu’après la rêverie, il faut faire place à la réalité. Il y aura quelques contrariétés et peut être une activité qui n’atteindra pas vos espérances. L’énergie que vous avez mis jusqu’alors va diminuer. Profitez de cette phase pour faire un bilan rapide de ce qui fonctionne ou non. Il est toujours temps de changer quelques trajectoires prises. Ne vous découragez pas et restez entouré. Vous ferez peut être le deuil de certains objectifs ou idées mais ce n’est certainement pas un échec. Ce n’était peut-être pas le bon timing pour cela. 
Après ce bilan vous repartirez sur différentes bases. Cela vous redonnera un élan de nouveautés et de nouvelles choses sur lesquelles vous fixer. C’est un perpétuel renouveau à ne pas négliger et cela vous permettra de repartir sur un cycle de lancement. 

L’entrepreneur a besoin de prendre du recul. Il est souvent confronté à des problématiques qui font face directement avec ses objectifs et ses idées de départ. Il peut également avoir beaucoup de fierté et avoir du mal à se remettre en cause. Pour certains, cela représente un risque financier dans le foyer. Il peut se fermer à des discutions avec sa famille et ses amis pour ne pas les inquiéter. Il pense qu’il peut et doit gérer seul. 

Le coaching est l’une des solutions pour sortir de cette bulle. Vous pourrez ainsi : 

- Prioriser vos objectifs, 

- Respecter au mieux votre équilibre de vie, 

- Planifier vos actions, 

- Vous fixez des limites pour vous préserver. 

 

Alors, vous pensez en être où dans ce schéma du cycle de l’entreprenariat ? 

- Lancement ?

- Ralentissement ?

- Bilan/réflexion ? 

Pistes de Réflexion 2022

Comment distinguer la confiance en soi de l'estime de soi?

(Piste de rélexion JE développement, le 02.12)

Created with Sketch.
alt="confiance en soi, confiance en sois, confiance en soit, retrouver l'estime de soi""

J’entends régulièrement « je n’ai pas confiance en moi ». Après quelques questions lors des séances, j’en arrive à la conclusion que la personne fait un amalgame entre confiance et estime de soi. Avec la majorité des personnes rencontrées, c’est finalement l’estime de soi qui fait défaut. Alors quelle est la différence ? 

Pour vous donner un moyen mémo technique, la confiance commence par un «C» comme «Connaissance» et le «E» du mot estime commence comme «Émotion». 


La confiance est finalement liée aux connaissances et c’est une partie que vous pouvez travailler. Par exemple avant une réunion de présentation, vous appréhendez les questions de votre auditoire et vous sentez des failles sur votre présentation liées à un manque de connaissances. Vous allez pouvoir travailler encore votre sujet jusqu’à devenir confiant sur ce que vous allez présenter. 

Si maintenant pour cette même réunion, vous connaissez par cœur votre sujet mais vous avez peur du regard des autres : une peur d’être mal habillé, d’être déstabilisé, de rougir, de ne pas avoir une bonne gestuelle, c’est là que vous pouvez parler d’un manque d’estime de vous, basée plutôt sur les émotions. 

L’estime que nous avons tous de nous, est liée aux regards de l’autre, à ce que les personnes nous renvoient. Cette estime est plus dure à travailler car cela fait échos à nos peurs, nos croyances ancrées bien souvent dans le passé. Elles sont liées à des mésaventures déjà vécues et notre cerveau s’en souvient et fait des blocages. Mais rien n’est immuable. 

Il faut trouver un équilibre entre les deux. Avoir beaucoup de confiance et peu d’estime ne mettra pas vos connaissances en valeur et vous ne serez pas satisfait. Au contraire avoir beaucoup d’estime de soi et peu de connaissance ne vous rend pas non plus très crédible. 

Après une prise de conscience, du travail et des exercices pratiques vous pouvez trouver cet équilibre. Je peux vous accompagner à y parvenir. 

Comment amorcer un changement?

 (Piste de réflexion JE développement, le 16.12) 

Created with Sketch.
alt:"le changement se fait pas à pas, astuce pour une transition tout en douceur."

 Le changement peut faire peur mais il est aussi inévitable. Que serait la vie sans changements ? Elle serait très monotone. 

Imaginez-vous sur un kayak au milieu d'un lac sur une eau sans mouvement. Si vous êtes de ceux (celles) qui apprécient les choses à l'instant T, vous serez satisfait(e) de ce calme, cette sérénité mais si cela durait...longtemps, très longtemps...ce serait ennuyeux. Et puis ce kayak, il faut l'emmener de l'autre côté de la rive. Combien d'efforts et de temps vous faudra t'il fournir pour rejoindre le coté de la rive sur une eau sans mouvement ? De quoi se fatiguer moralement et physiquement. Quelques mouvements de l'eau peuvent vous aider à aller plus vite. Il y a également des facteurs extérieurs qui peuvent intervenir, comme le vent, un matériel performant choisi au départ, une bouée au milieu du lac pour vous reposer et repartir. 
Si finalement tous ces paramètres extérieurs, dont vous n’arrivez pas à capter l’importance, pouvaient vous aider à atteindre cette rive ? 

Dans une période de changement, nous voulons tout de suite arriver au résultat souhaité et souvent on se retrouve dépassé, frustré. Le changement n’est pas synonyme de grand écart. C’est pas à pas qu’il faut aborder ce changement et je peux vous y aider.